L’attitude mentale pour guérir du burn-out?

A l’origine d’un épuisement mental, de nombreux scientifiques signalent une attitude mentale négative, un état d’anxiété néfaste. La guérison du burn-out passerait donc par la correction de cette posture.

Il est une maladie que l’on rencontre de plus en plus souvent auprès des travailleurs notamment. On l’appelle le burn-out. Il s’agit d’un épuisement, d’une fatigue mentale extrême ayant de lourdes conséquences sur la santé mentale et physique des individus qui en souffrent.

L’esprit positif comme immunité

D’après l’article The Simple Cure to Fatigue and Burnout paru sur le site Huffingtonpost en janvier dernier, la source de cette fatigue se trouverait dans l’attitude mentale que l’on adopte face à la situation.

Par exemple, si l’on anticipe qu’une tâche va être difficile, elle va l’être automatiquement et provoquer une dépense d’énergie bien trop importante qu’elle ne le devrait. Des hormones de stress (adrénaline, cortisol) vont également être produites par le corps. En augmentant la pression sanguine, ces hormones déstabilisent aussi la partie du cerveau affectée à la créativité, à l’optimisme et à la solution de problèmes.

Un état d’esprit positif fournit une véritable immunité contre l’épuisement émotionnel et promet une plus grande réussite dans la poursuite de ses objectifs personnels et professionnels.

Les enjeux de la neuroplastie

Modifier son état d’esprit pour mieux réussir et atteindre ses objectifs s’appelle dans le jargon de la psychologie, la neuroplastie. Elle semble présenter d’énormes implications dans la sphère professionnelle. En effet, les résultats de 200 études scientifiques démontrent l’effet d’un état d’esprit ou émotionnel positif sur à peu près 275 000 personnes. Avec une attitude positive, les individus observés sont 31% plus productifs et trois fois plus créatifs. Nous sommes aussi 10 fois plus impliqués dans le travail.

Oser demander de l’aide

La solution amenée ici contre l’épuisement mental n’est sans doute pas si simple à mettre en place. Pour y parvenir, il peut être nécessaire de se faire aider par un(e) professionnel(le) de la psychologie ou du bien-être. Une chose est sûre, pour avancer, il faut sans doute commencer par mettre de côté la peur de demander de l’aide.